La reprise économique en France se raffermit et la baisse du chômage se poursuit. En 2018, les projets d’embauche dans le secteur privé atteignent 2,35 millions. Le secteur des services, plus gros consommateur de surfaces de bureaux, reste la principale locomotive, puisqu’il concentre deux tiers des intentions. Les projets de recrutement les plus importants se trouvent dans les régions densément peuplées et possédant de grands pôles urbains. Les taux d’intérêt devraient rester bas en 2018, avec une perspective de hausse au plus tôt en 2019 et de façon lente et graduelle.

Marc-Bertrand

La bonne santé du marché du bureau en Île-de-France se confirme et la demande placée est encore très élevée au 1er trimestre 2018. Paris QCA (Quartier Central des Affaires) continue à attirer les entreprises malgré un manque d’offre avéré ; ce qui permet à Paris de retrouver le chemin de la croissance. Le Croissant Ouest et les Périphéries profitent du report progressif de la demande des grandes entreprises vers des secteurs où l’offre neuve est disponible.

Conséquence de la bonne orientation du marché locatif, les loyers moyens s’accroissent sur le neuf et se stabilisent sur celui du seconde main. Les mesures d’accompagnement se sont stabilisées à de hauts niveaux sur La Défense, le Croissant Ouest et la Première Couronne et poursuivent leur lente érosion dans le centre de Paris.

Le marché de l’investissement reprend son souffle après une année 2017 exceptionnelle. 3,3 milliards euros ont été investis en immobilier non résidentiel en France au 1er trimestre 2018, en baisse de 13 % par rapport au 1er trimestre 2017.

Sur le marché des SCPI, nous constatons un ralentissement de la collecte en ce début d’année. Après deux années de très fort engouement pour l’immobilier et la pierre papier en particulier, cette situation s’annonce plutôt comme un retour à la normale. L’immobilier reste donc attractif mais le rythme des investissements devient soutenable et adapté à la taille du marché investissable.

Dans le sillage de la bonne santé économique de la France, la tendance du marché locatif nous offre de bonnes perspectives au remplissage des immeubles. Nous constatons les effets sur les performances de nos SCPI qui affichent une amélioration de leur taux d’occupation physique. La stabilisation des mesures d’accompagnement et la hausse des loyers constatée sur Paris et la proche banlieue, en ce début d’année, devraient donc permettre une remontée des taux d’occupation financiers dans les prochains mois.

En 2018, la recherche d’une dynamique de croissance passera plus que jamais par la sélectivité. Dans ce contexte, une grande vigilance dans le choix des actifs est requise car leur valorisation future reposera, en priorité, sur la progression des loyers. Elle bénéficiera en premier lieu aux biens les plus modernes et les mieux localisés, en particulier sur le secteur du Grand Paris où de nombreux projets sont en train de voir le jour.

Rédigé le 31 mars 2018

Lire le précédent