La dette locale émergente… un réel potentiel de performance.

Après trois années d’ajustement (2013-mars 2016), les économies émergentes ont repris des couleurs en termes, d’activité, d’équilibre des comptes, internes et externes, et d’accumulation de réserves.
Les perspectives macro pour l’année 2018 sont positives. La croissance sera vraisemblablement plus forte qu’en 2017 pour l’ensemble des pays émergents (selon JPMorgan 5 % en 2018 / 4,8 % en 2017). L’Amérique Latine étant la région, dont le rebond par rapport à 2017 devrait être le plus notable (de 1,7 % à 2,8 %). L’inflation sur l’ensemble des pays émergents est contenue (3,3 % d’inflation moyenne EM en 2017, dont 2,9 %, au Brésil, 2,5 % en Russie). Enfin les niveaux d’endettement public restent très bas relativement aux pays développés.

Notre scenario macro sur cette classe d’actifs est positif.

Malgré des perspectives fort prometteuses pour le fixed income émergent, la remise en cause d’accords commerciaux tels que l’ALENA, les craintes de guerre commerciale via les mesures/menaces protectionnistes en provenance des Etats unis, ainsi que des anticipations de normalisation plus rapides de la Fed ont, bout à bout, contribué à fragiliser les perspectives initiales, ces dernières semaines.

Aujourd’hui, nous pensons que ces inquiétudes ont été intégrées dans les marchés et qu’elles ne sont pas de nature à changer fondamentalement notre scénario central.

Nos stratégies d’investissement portent sur la dette en devises fortes (Euro et Dollar US) ainsi que sur les taux locaux avec ou sans risque de change, selon les cas.

La prime de risque sur la dette externe en Dollar US est actuellement autour de 3 % selon l’indice JPMorgan Global diversified. La moyenne historique de 2004 à nos jours est de 3,25 % avec un plus bas à 1,67 % en juin 2007. Cette prime de risque représente aujourd’hui 53 % du rendement de cette classe d’actifs. Dans un contexte de taux core bas, les obligations en devises fortes offrent un surplus de rendement sur du risque pays, avec de bons fondamentaux.

La dette locale souveraine est encore plus intéressante ! C’est un marché en forte expansion dans tous les pays émergents. En termes réels2, les taux locaux sont majoritairement positifs de 1 % à 5 %. Les courbes de taux sont souvent pentues, offrant davantage d’opportunités sur les parties intermédiaires et longues. Ces stratégies peuvent être couvertes sur le risque de change, dans ce cas elles bénéficieront exclusivement du risque de sensibilité. Ou bien, elles peuvent être accompagnées du risque de change et profiteront en plus, d’un portage nominal très attractif.
Les devises des marchés émergents ont été les variables d’ajustement pour les économies émergentes, au cours des années 2013-2016. Beaucoup d’entre elles sont aujourd’hui sous évaluées en taux de change effectif réel, elles présentent, par conséquent, un réel potentiel de performance, eu égard aux bons résultats économiques de ces pays.

Pour en savoir plus, téléchargez la dernière lettre mensuelle Orientations et Stratégie