La Française AM : Lettre de rentrée

Le 14 septembre 2021 Expertises

Nos gérants de portefeuille vous livrent leurs convictions par classe d’actifs ainsi que leurs perspectives sur l’environnement de marché actuel

Lettre rentrée

Format : PDF
Poids : 1.16 MB
Date : 15/09/2021

Télécharger

La synchronisation des politiques budgétaires et monétaires, la progression de la vaccination et la réouverture progressive des économies ont permis à l’économiemondiale de rebondir fortement : la reprise économique n’est toutefois pas synchrone entre les différentes régions du monde et les secteurs d’activité.

La croissance de l’économie mondiale devrait s’établir à 6% en 2021 selon les dernières projections du FMI. Les perspectives ont été progressivement réhaussées pour les pays développés, et pour les pays émergents, elles demeurent globalement inchangées à 6,3%.

Du côté des banques centrales, la Réserve Fédérale américaine (Fed) et la Banque Centrale Européenne (BCE) sont restées prudentes, considérant les pressions inflationnistes comme transitoires. Toutefois, la Fed prépare les marchés à une diminution de ses achats d’actifs d’ici la fin de l’année comme l’ont déjà fait les banques centrales du Royaume-Uni, du Canada et de l’Australie. Quant aux pays émergents, ils sont parfois dans une situation plus complexe. Ainsi, les banques centrales du Brésil, de la Russie, de la Turquie, de la Hongrie, et du Chili ont augmenté leurs taux directeurs sous l’effet des pressions inflationnistes liées au rebond des matières premières, alors même que faute de vaccination massive, leurs économies continuent de souffrir des contraintes sanitaires.

La plus grande inquiétude des investisseurs à l’heure actuelle reste encore et toujours le risque sanitaire. La hausse du nombre de cas aux États-Unis, le retard pris dans la vaccination, la perte d’efficacité du vaccin face au variant delta sont des sujets qui alimentent cette inquiétude. La stratégie zéro COVID de divers pays (Japon, Australie, Nouvelle-Zélande, certains pays asiatiques) pourrait également se trouver en difficulté et perturber de nouveau les chaines de productions mondiales. Il faudra alors s’attendre à des révisions de croissance à la baisse, en Chine en premier lieu ainsi qu’aux États-Unis.

Dans ce contexte incertain, nous avons identifié des thématiques résilientes susceptibles de profiter de la reprise du cycle économique mondial :

Lire la suite