Est-il nécessaire de revenir sur les récentes péripéties italiennes ou les revirements quasi systématiques de Donald Trump quand il s’agit de s’engager avec ses partenaires historiques ?
Sans doute pas. En revanche, avec un peu de recul et alors que la tension semble vouloir changer de régime, un bilan de ses dernières folles semaines permet de mieux comprendre les performances pour le moins décevantes des gestions diversifiées et des fonds obligataires, décidément non « sans risque ».

Ce contenu est exclusivement réservé aux partenaires La Française

Déjà partenaire

Je me connecte

Je souhaite devenir partenaire
Je m'inscris