Le marché de la dette émergente connait depuis la deuxième moitié du mois d’avril une période de volatilité accrue. Notre conviction à horizon Q3 2018 reste néanmoins positive sur la dette émergente. La baisse des marchés qui vient d’avoir lieu, a permis de reconstituer les primes de risque et les niveaux sont actuellement ceux de janvier 2017.

Le marché de la dette émergente connait depuis la deuxième moitié du mois d’avril une période de volatilité accrue. Le renchérissement du dollar US, au-delà du taux 10 ans US qui est passé de 2,8% à 3%, est certainement l’élément déclencheur de cette correction sur les actifs obligataires émergents. Le rebond du dollar a certainement plusieurs explications, mais pour l’essentiel il traduit la désynchronisation de la croissance américaine avec le reste du monde. En effet, les attentes en matière de croissance en Europe, ainsi que pour les pays émergents, se sont heurtées à des indicateurs légèrement moins bons. On connait les conséquences d’un dollar fort sur les marchés émergents, les devises se déprécient, principalement sur les pays dont les équilibres sont fragiles tels qu’en Argentine ou en Turquie.

Pour en savoir plus, cliquer ici