L’ensemble des marchés actions a été emporté par une vague de correction en octobre de l’ordre de – 5 à – 10 %, de sorte que si les marchés européens ont amplifié leur sousperformance, le marché américain a quasiment effacé son retour positif des 9 premiers mois de 2018 ainsi que la forte résilience qui le caractérisait jusqu’à ce jour.

En cette fin d’octobre et à la veille des élections américaines de mi-mandat nous croyons qu’il est opportun de maintenir une exposition actions significative. Les principales motivations sont :

  • des niveaux de valorisation attrayants relativement aux moyennes historiques, les marchés actions sont ainsi entrés dans des zones de survente (RSI<30) ;
  • des résultats des entreprises américaines qui confirment leur croissance soutenue en 2018 (>+20 %) et 2019 (>+10 %), ce qui leur assure un retour sur capital nettement supérieur au coût du capital malgré les hausses de taux de la réserve fédérale ;
  • des marchés émergents qui ressortent comme survendus depuis les deux chocs d’avril et mai. Ceci est particulièrement vrai pour la Chine, la baisse du renminbi a notamment compensé une large part des hausses de taxes d’importation ;
  • des flux de capitaux potentiellement positifs dans la mesure où les niveaux de cash des portefeuilles sont élevés et où les entreprises vont pouvoir redéployer leur programme d’achat d’actions après la saison de publication de leurs résultats.

Nous pensons également que la plupart des risques politiques qui hantent les marchés depuis cet été, principalement : la guerre commerciale Chine-Etats Unis, un prix du baril qui a tangenté les USD80 par baril, un risque politique européen élevé (Brexit, déficit italien etc.) sont identifiés et largement intégrés par une prime de risque ‘actions’ revenue sur ses plus hauts niveaux historiques, alors que le marché des taux souverains est resté relativement immunisé. Si la correction de février avait suivi une forte hausse des taux US, ce n’a pas été le cas ce mois d’octobre. Compte tenu de la croissance des résultats constatée, la hausse des taux actuelle ne doit pas être un prétexte pour quitter le navire actions au niveau de valorisation actuelle.

Plus qu’une reprise de signes macro positifs, un relâchement de la pression politique pourrait être à l’origine d’un rebond des marchés actions, notamment post élections de mi-mandat. Une détente de l’USD serait favorable à la fois à la reprise du marché américain et à la performance des émergents.

Dans une phase de reprise des marchés, la technologie, les industrielles, les matières premières et les biens de consommations devraient afficher les meilleures performances.

* "Acheter les points bas (du marché)" 

N°195 - novembre 2018

Format: PDF
Langue:

Télécharger